La question de la mesure d’influence des community managers

internet conceptComment mesurer l’influence des Community managers, la question a été mainte fois posée, et nombreux sont ceux qui ont tenté d’y répondre. Voici un tour de la question par plusieurs experts.

OWNI (article ici) dresse une liste de 5 indicateurs qui peuvent servir à mesurer l’influence : le nombre de followers et le nombre de followers de mes followers (indicateurs d’audience), le nombre de following de mes followers (indicateur de visibilité), le rapport entre nombre de followings et nombre de followers (indicateur de réputation : si j’ai beaucoup de personnes qui me suivent, mais que j’en suis peu en retour, c’est bénéfique pour mon image) et le rapport entre le nombre de citations et le nombre de tweets (indicateur d’écoute et de reconnaissance)

Camille Jourdain reprend  cette liste d’indicateurs (article ici), donne des liens vers des outils de mesure d’influence sur Twitter, et des conseils pour « Développer son influence sur Twitter »

MyCommunityManager expore lui aussi le sujet (article ici) et conclut : « L’influence ne présente pas un caractère absolu ou universel. Elle doit être contextualisée selon les thèmes ou sujets. Pour identifier une personne influente dans un domaine précis, il est indispensable d’analyser son activité en fonction de ce contexte.
* Les activités de la personne démontrent-elles qu’elle fait autorité dans le domaine ? (l’influence n’est pas réservée au online)
* Les contenus produits montrent-ils une expertise ?
* Ces contenus sont-ils partagés par un grand nombre ?
* Quand le thème est abordé, la personne est-elle souvent citée en référence ?
* …
L’influence est aussi une question de perception de ces éléments et il est donc parfois difficile voire impossible de la faire passer par un filtre d’analyse. Reconnaître un influenceur est aussi une compétence utile à un community manager. »

Max de beaucouplus.com, dans l’article « Non, tu ne cherches pas un Community manager influent » pose le problème différemment.
Il s’adresse aux recruteurs et explique que si une personne peut être influent auprès d’une communauté auquelle elle appartient (pour son cas dans un blog consacré aux jeux vidéos), cela ne fait pas d’elle une personne influente d’une façon générale.
Il écrit « Ce qui me hérisse le poil avant toutes choses, c’est ce critère de recrutement à tomber par terre : il faut être influent. Mais influent en quoi ? Il faut être célèbre, avoir plein de followers sur twitter et d’amis sur facebook, un blog très lu ? En quoi est-ce que ça va me permettre de mieux fédérer / gérer / animer la communauté d’une marque ? »
Et de conclure « Bref, toi recruteur, tu ne cherches pas quelqu’un d’influent, non, tu cherches un CM avec un bagage en relations presse et qui s’intéresse de près à ton secteur d’activité. Il sera capable de détecter qui peut t’aider à promouvoir ton produit et tâchera de rentrer en relation avec eux. Pas la peine d’être influent, il suffit d’être courtois, de savoir rédiger un mail pour présenter un produit et d’y mettre plein de bonne volonté. »
Influent en quoi, influent auprès de qui, c’est ainsi que je me pose également la question.

Comme annoncé dans mon post du premier avril (et qui n’était pas une blague), je me suis lancée donc dans une série d’ »études d’influence », en essayant d’identifier qui relaient les messages des personnes qui ont beaucoup de followers, et auprès de qui.
Ma première cible est le Community Manager Camille Jourdain, allias @camj59 sur Twitter. Je l’ai suivi sur Twitter pendant une semaine. Je suivrai les prochains community managers pendant un mois, car j’ai bien conscience qu’une semaine, c’est court, même si de grosses tendances se dessinent déjà. Reste à les confirmer ou les infirmer. Il y a des chances pour que je reviennent donc également sur Camille Jourdain ;)
Camille Jourdain est lu par des communicants (et des journalistes). Par la suite, je vais également tenter d’identifier des community managers de marques ou de domaines différents, et tenter d’identifier leurs alliances.

Pourquoi avoir choisi de suivre @camj59 ?

Camille Jourdain@camj59 sur Tweeter a plus de 7 000 followers. Il se présente ainsi : « Consultant, community manager, passionné par les médias sociaux… Stand-by professionnel ! Contributeur sur @webmarketingcom, @MyCommunityMgr, @Locita http://www.camillejourdain.fr »

- Parce qu’il a beaucoup de followers et qu’il est contributeurs dans des réseaux de bloggins importants/influents, ce qui indique qu’il est reconnu par ses pairs :
>@Locita : 7895 abonnés, 71 contributeurs
>@webmarketingcom : 12 530 abonnés
>@MyCommunityMgr : 5260 abonnés
- Parce qu’il est manifestement tweetaddict
- Parce lorsque je me suis abonnée à ses tweets, j’ai reçu un message privé indiquant : « Bienvenue et merci de me suivre ! J’aimerais en savoir plus sur vous, contactez-moi, voici mon email : camj59@hotmail.com ». Toute novice, j’ai répondu par mail perso : « Bonjour, Vous m’avez adressé un mail sur Twitter afin de faire connaissance, je réponds présente. La suite ? Au plaisir, Prisca ».
Aucune suite, j’aurais peut-être du en dire plus de moi…
- Parce que @camj59 a posté le 1er avril, à 13h45, ce lien « Twitter n’est pas très social ! »
L’article, en anglais, se base sur une étude de Yahoo et indique que la moitié des tweets qui circulent sur twitter est produite par à peine 20 000 auteurs. L’étude indique que les célébrités suivent les célébrités, les blogueurs suivent les blogueurs etc. Et qu’au final, il n’y a pas de relation interpersonnelle équilibrée, mais plutôt un phénomène qui s’apparente aux médias de masse : avec un principal émetteur écouté par de nombreux récepteurs. Les personnes fortement suivies , elles suivent peu de personne en retour, en comparaison.
J’ai donc eu envie de voir si cela été vrai dans son cas. Les résultats seront disponibles ici sous peu, encore un peu de patience donc ;)